19 aiment 6 n'aiment pas
183 vues
Se concentrer et se concerter sur le coeur de notre démocratie, l'assemblée générale.
Répondre à la problématique de réduire le gouffre entre les commissions et le public.
Quels outils peut on utiliser pour la rencontre entre tous.
demandé 26-Avr-2016 par lanovella (290 points)
reclassée 29-Avr-2016 par jhr | 183 vues
cette question est connexe à la question "AP décisionnaire". je propose de regrouper les 2
essai pour apporter des elements de réponse a cette question :
Diagnostique

Le principe de fonctionnement des NuitDebouts n’a rien de semblable avec celui de la politique actuelle. Nous n’avons pas un pouvoir centralisé des assemblées populaires qui édicteraient des directives à la majorité des 4/5emes auxquelles tous les membres de chacune des communautés  doivent se soumettre. Ce a quoi nous assistons, c’est a un foisonnement de projets et d’initiatives qui évoluent dans la transparence vis-à-vis de chacun des membres, et qui ont ou n’ont pas le consentement de la majorité des 4/5emes, et dont la communauté reste solidaire ou se désolidarise. Le pouvoir de faire avancer les choses revient à chacun des groupes de travail qui mettent des projets en œuvre dans la mesure ou ce qu’ils font est consenti par plus de 80% des personnes présentes.

Les assemblées sont le lieu privilégié ou chaque projet se présente et ou le débat de savoir si ce qui est entrepris est ou n’est pas néfaste.

Le modèle de fonctionnement est un modèle du consentement, on peut dire aussi une « do-cratie », il ressemble bien plus à une nuée d’initiatives qui évoluent toutes en vue du bien être de la communauté et avec respect vis-à-vis de chacun de ses membres de qu’à un organigramme pyramidal dont l’Assemblée Populaire serait le haut de la pyramide et les commissions et sous commissions des relais de  pouvoir sur différents projets.

Ce n’est pas la décision collective qui fait mouvement, mais bien plutôt les projets individuels et collectifs. L’Assemblée populaire à bien sa place, mais elle a sa place en tant qu’espace de modération horizontale des différents projets individuels et collectifs qui sont eux centraux dans la dynamique de notre mouvement.

Conséquences de ce diagnostique sur la création d’un outil accompagnant la dynamique de ce mouvement.

                Ces éléments de réflexions nous amènent à trois conclusions intermédiaires :

    L’une triviale, c’est que Facebook est inadaptée au développement du mouvement, ce réseau social est un outil qui ne connait pas la catégorie projet, et qui est un faiseur de communautés fondées sur des partages d’idéaux et de représentations et non sur le partage de projet commun. Mais nous savons que tant que notre mouvement ne peut dépasser le partage d’idéaux politiques, il ne peut être lui-même politique que dans une sphère compétemment idéelle, et que du coup, il délègue le projet politique à d’autres.
    L’autre, c’est que chercher la solution dans un outil de démocratie est une erreur : nous ne somme pas un mouvement pyramidal comme l’étaient les révolutions ouvrières avec à leur tête le parti, nous ne voulons plus de pyramides qu’elles aient une tête « absolument démocratique » (avec la cervelle liquide ou pas, Cf démocratie liquide) car nous fonctionnons de manière horizontale, nous sommes individuellement initiateurs des dynamiques dans lesquelles nous nous mouvons.
    La dernière, c’est que nos mode de fonctionnement ne sont pas des modes de fonctionnement « communautaires », dans le sens ou la vie sociale des NuitDebout ne se comporte pas comme un ensemble de communauté diverses entretenant des relations d’échange et de négociation entre elles, mais comme un tout, comme une communauté une, inclusive et ouverte à intégrer tous les individus. L’outil doit refléter cela en n’étant pas une association de communauté, mais bien plutôt une communauté Unie, traversées par des projets liants divers individus entre eux sans les rendre dépendant chaque individu de l’appartenance à telle ou telle communauté. Ainsi, des outils comme communecter, avec des fonctionnements communautaires ne seront pas à même d’être des outils de ce changement social initié dans les nuit-debout.

Ainsi, un projet d’outil qui permettrait d’accompagner au plus juste la dynamique du mouvement dans ce qu’il a de plus fécond à mes yeux se doit d’être dans l’acceptation de ce constat, et n’utiliser comme catégorie que celles qui font le mouvement : l’individu et ses compétences, les projets, le partage, la modération horizontale des projets.

C’est l’objectif que se donne le projet HUmanBEing

Vous pouvez le rejoindre ici :

http://i86.servimg.com/u/f86/19/46/66/51/sans_t10.gif

et sur ce forum :

http://humanbeing.forumactif.org/
Bonjour à toute-s,
Après 15 jours, où le sujet des AG revient régulièrement.
Le 21 avril Gabrielle, a réussi après une bataille de quelques minutes à
peut-être obtenir une modification de l'organisation des AP/AG avec plus d'échanges 1j sur 2
https://www.youtube.com/watch?v=mKfQRKghKKY 1h23 min

CR du 21 avril (#52 Mars) :Propositions pour réformer le fonctionnement des Assemblées générales
– PROPOSITION 1 : Assemblée populaire un jour sur deux. AG thématiques les autres jours – avec restitution des différents thèmes. Organisation d’ateliers thématiques sur la place, pour ensuite former une assemblée plénière.
– PROPOSITION 2 : Permettrait d’éviter les dispersions et de se concentrer sur les luttes, de s’impliquer sur des actions précises. Proposition de donner un avis à ce sujet : avis favorable à la majorité.
– PROPOSITION d’un amendement : Assemblée libre un jour sur deux – Assemblées thématiques plénières, permettant discussion sur le thème en Assemblée. OPPOSITION RADICALE sur l’amendement : revient sur l’intérêt de la proposition initiale – deux points essentiels : un jour sur deux, approfondir un thème serait essentiel. Dernier élément : important que les institutions restituent leur travail.
-> PROPOSITION 2 est adoptée.


https://www.convergence-des-luttes.org/comptes-rendus-ag/compte-rendu-video-de-lassemblee-populaire-de-la-nuit-debout-21-avril-2016-52-mars/

Il semble que ce processus ne soit pas mis en place.

Malgré les comptes rendus, les videos disponibles des décisions prises en AG,AP ? de nombreuses propositions sur le sujet du vote de l'AG,ne sont pas pris en compte et repoussées, sous l'argument que les "gens" en AP ne seraient assez informés, "experts".

Cela ressemble beaucoup au système que semblait dénoncé NB. Actuellement, le processus de décisions, est très concentré dans les commissions, ils n'y a pas beaucoup d'interaction commissions/AG pour certaines décisions à Paris.

Quand, les commissions se déroulent uniquement à 16h, pas facile pour les travailleurs.

Qu'il y ai au moins des variations d'horaires des commissions ou des représentants chaque soir ou 1 soir sur 2, physiquement présents place de la rép.

PS : le travail de Atelier de Limoges plutôt simple sur consensus, consentement

https://wiki.nuitdebout.fr/wiki/Villes/Limoges/Prise_de_d%C3%A9cision

 Un sympathisant des premières heures sous la pluie de NB
De nombreuses questions connexes
A l'heure actuelle, quelle(s) fonction(s) reconnaissez-vous à l'Assemblée Populaire ?
Une assemblée populaire peut-elle être décisionnaire ?

5 Réponses

1 j'aime 0 n'aiment pas
LE CONCEPT D'AG SOUVERAINE EST PREMATURE, SUR LE WEB COMME EN REEL

Il faut qu'à ce stade, car aucune décision n'est vraiment applicable, les AG permettent de communiquer des intiatives et de fédérer des gens autour. Une AG qui soit un prémisse à la constitutions de groupes de travail, est bien plus intéressant que de recueillir des votes sur des choses soient pensées à la va vite, soit bien trop large pour s'appliquer à tout le mouvement.
répondu 28-Avr-2016 par Pierre Lalu (9,060 points)
1 j'aime 1 n'aime pas
Je suis partisan de la démocratie directe. Par conséquent cette "AG souveraine" doit à mon sens nécessairement être "en ligne" et doit utiliser des mécanismes de partage du travail collaboratif d'égal à égal, façon "démocratie liquide".

Hélas, aucune solution, aucune application web simple, n'existe aujourd'hui pour faire cela à très grande échelle.

Par conséquent, pour l'instant, c'est la bonne vielle méthode des assemblées "physiques" qui s'applique.

A noter : des outils sont en cours d'évaluation pour permettre la participation à distance à ces assemblées physiques se tenant IRL (In Real Life).

Les propositions soumises aux votes lors de ces assemblées physiques sont généralement issues de "commissions" thèmatiques au sein desquels diverses solutions pour débattre sont employées, dont des forums/chats de discussion ; se rapprocher de chaque commission pour en savoir plus. Idéalement, elles devraient être annoncées à l'ordre du jour, à l'avance ; ce n'est pas encore toujours le cas mais ça progresse. Idéalement il devrait aussi être rédigé un compte rendu, incluant les propositions adoptées, rejetées, etc. Ca non plus ce n'est pas toujours fait, pas encore. Nous n'en sommes qu'au début.
répondu 26-Avr-2016 par jhr (19,360 points)
0 aiment 0 n'aiment pas
Nous pourrions utiliser un moyen visuel par l'intermédiaire de séquence vidéo de chaque commission qui se succèderai dans une ag spécifique

Chaque vidéo de chaque commission ferait une synthèse des luttes qui engage la commission en question , avec diffusion des liens ( groupe Facebook , sites internet , pétitions ...)

Après chaque vidéo montrer en ag , un débat de 10 a 20 min serait organiser par les membres des commission en question , avec prise de paroles public sur le sujet a la volé de volontaire se signalant en levant la main

Ceci selon moi, rapprocherai chaque commission de son public et les débats pourrait alors se poursuivre a côté ou les jours suivant pour ne pas perturbé le tour des commission suivante, on aurait alors fait le tour de chaque commission et donc de chaque luttes engager dans le mouvement mais aussi de toutes les demandes des commissions structurelles

Idée a approfondir tous ensemble

Pour rendre l ag souveraine, je propose de diviser la semaine en 2

4 jours d agora , ou chacun et chacune pourrais prendre la parole pour y proposer un vote a soumettre a l ag , discuter d action commune a voter en ag ou toutes doléances , qu elle vienne d une commission ou non

Et

3 jours d ag , ou tout ce qui aurait été décidé par consensus en agora a faire voter par l ag , les mêmes vote serait alors fait sur 3 jours pour tenir compte de la présence ou non de chacun et chacune de deboutiste

Nous aurions alors des choses concrète a voter en ag , et qui ne pourrait plus être contester si elle sont voter

Nous pourrions alors tenir facilement compte de ce qui a été reçu et de ce qui a été rejeté

Il serait aussi envisageable de trouver un outil qui puisse permettre au deboutiste de voter même sans être présent physiquement sur la place

Encore une fois idée a approfondir tous ensemble
répondu 27-Avr-2016 par François (190 points)
edité 27-Avr-2016 par François
0 aiment 0 n'aiment pas
Une AG connectée au réel : Le système développé ici ou ailleurs tendant à l'Edemocratie doit être interconnecté avec le réel. AG réelles, comités de quartier etc...
répondu 27-Avr-2016 par Pierre Lalu (9,060 points)
commentaire déplacé sur Comment créer une AG souveraine?
0 aiment 0 n'aiment pas
POURQUOI UNE AG SOUVERAINE ET PAS DES COMITES DE QUARTIERS ?

Une AG n'est souveraine que de ce qu'elle peut accomplir. L'AG de répu par exemple n'intervient que sur la zone parisienne mais pose souvent des question d'ordre trop générale. Faire des comités de quartier permettrait de faire des organisattions liées à la réalité du local du terrain et d'être un tissu d'organisation parallèle qui pourrait aussi construire ou faire pression à l'echelle d'une localité, moins de gens dans le processus décisionnels, et sur des questions qui les touchent bien plus. Ensuite mettre en réseau ces comités, faire des AG plus large pour communiquer sur leur avancée, et a terme avec le net et le réel peut être trancher des questions importantes qui s'imposeront d'elles même de façon plus réalistes
répondu 28-Avr-2016 par Pierre Lalu (9,060 points)
681 questions
1,931 réponses
3,087 commentaires
1,452 utilisateurs