8 aiment 5 n'aiment pas
156 vues
Nous parlons tous de démocratie en lui ajoutant des adjectifs pour préciser le concept, mais savons nous de quoi nous parlons vraiment ?
Voici la définition à laquelle j'adhère personnellement : https://desmotscrassestiquent.wordpress.com/2013/07/03/charte-universelle-de-la-democratie-2013/
Je vous propose de redéfinir le concept dans la théorie et dans la pratique...
demandé 8-Mai-2016 dans #Votation Test par Npoitier (1,070 points) | 156 vues
Ont pourrait demander aux islandais ?
la définition la plus simple est celle ci :  Pour le peuple, et par le peuple.

4 Réponses

2 aiment 0 n'aiment pas
Salut!
Bonne question, en effet, mais je ne sais pas si on arrivera à tous se mettre d'accord là-dessus (même si c'est fondamental).
J'ai parcouru la proposition (rapidement) et parmi les points qui me gênent il y a:
- le choix systématique de la majorité à 50%(qui revient à ne jamais permettre à une minorité d'obtenir la moindre décision). Il faudrait adapter les majorités nécessaires en fonction des scrutins.
- déjà le choix du débat, sans préciser la forme du débat. Le débat est sans doute un bon moyen de discuter, mais la forme du débat actuelle favorise les personnes à l'aise dans l'expression orale, avec de la combattivité/réactivité et globalement sûr d'eux-même. Ca a pour conséquence que la démagogie, le court-termisme et l'absence d'écoute, comme excès possibles associés à ces qualités, sont sur-représentés dans nos politiques actuels. L'idéal serait un débat où ne s'opposent que les idées, pas les personnes, mais pour ça il faut une reformulation standard des idées et une anonymité complète des tenants du débat.
répondu 9-Mai-2016 par Nav (1,790 points)
Il n'est pas utile de poser des conditions au sujet des formes du débat, il suffit que ces formes soient celles que le peuple s'autorise.

Si l'on considère que le peuple est compétent pour se gouverner lui même, il n'y a pas lieu de considérer qu'il cédera à la démagogie car ce serait faire preuve d'incompétence et c'est incompatible avec la démocratie, personne n'étant d'accord pour être gouverné par des incompétents.

Si, en pratique, il s'avère que le peuple cède répétitivement à la démagogie, celui qui observe cette situation pourra à juste titre dire que la démocratie ne fonctionne pas. Faute, à ce jour, d'expérience pratique de la démocratie, personne ne peut raisonnablement prédire un tel échec de façon fiable.
Le problème, c'est que le peuple dans son entier n'est pas égal devant le débat, d'où une faiblesse face à certains angles. Je crois à une compétence commune où les défauts des uns sont contrebalançés par les talents des autres, mais seulement si tout le monde s'exprime à parts égales. Je ne suis pas sûr que le débat, dans sa forme actuelle, permette cette égalité et donc l'expression de cette compétence commune. Je l'ai exprimé avec une question sur ce forum, pas très reprise il est vrai.

A mon humble avis, cet échec du débat à mettre tout le monde à égalité est une des explications des faiblesses récurrentes (lorsque je parle de démagogie, ce n'est pas tant subir qu'émettre la démagogie, faire glisser le débat d'une opposition d'idée vers un appel irrationnel aux sentiments, par la seule forme du discours... ce que quelqu'un sûr de lui et maniant bien le verbe aura plus tendance à faire) de nos systèmes démocratiques.
Il me semble clair que dans le système actuel, le débat n'est pas sain. Quelques thèmes accaparent toutes l'attention. Les médias sont les premiers responsables de cette situation en raison de leur recherche d'une audience maximale, recherche rendue nécessaire par une recherche tout aussi maximale du profit, direct parfois, indirect pour les commendataires d'autres fois. C'est la question générale de "l'indépendance des médias", de l'efficacité du "4ième pouvoir".

Face à ce pouvoir médiatique de mèche avec le pouvoir économique, des espaces de débats méritent d'être créé pour entendre la voix du peuple, le mouvement Nuit Debout a créé de tels espaces et c'est une bonne surprise pour beaucoup, espérons que ça continue longtemps et même que l'espace de débat s'élargisse.
0 aiment 0 n'aiment pas
Plusieurs articles de la charte proposé me choque.

L'article 4.1, interdit les organisations non démocratiques, ce qui donc interdit les entreprises où seuls les actionnaires sont dotés d'une droit de vote, pas les salariés. Je suis favorable à ce que les salariés aient des droits de vote mais pas au point que ça devienne obligatoire.

L'article 6.1 évoque un moyen autre que le vote pour prendre des décisions. Ce moyen n'étant pas précisé, tout semble permis, or, à part le vote, je ne vois aucun autre moyen de prendre des décisions dont le caractère démocratique soit indubitable.

L'article 6.2 pose comme condition nécessaire au débat démocratique certains niveaux d'éducation et d'information, ce n'est pas des conditions "nécessaires", ce sont des conditions préférables ; une décision prise par le peuple doit être considérée comme démocratiques du seul fait que c'est le peuple l'a prise, sans remise en cause possible en raison d'une quelconque incompétente prêtée au peuple. En démocratie, le postulat de base est que le peuple est compétent pour se gouverner lui même, sans ça, pas de démocratie, car personne ne veut être gouverné par des incompétents.

S'agissant d'une "définition", elle me semble un peu longue.

"La démocratie est un système de gouvernement où le peuple décide lui-même des directions à prendre, en toutes occasions, sur tous les sujets, de façon inaliénable, au moyen du vote individuel, praticable par tous, le plus abondamment et librement possible"

En plus court "démocratie directe".
répondu 9-Mai-2016 par jhr (19,360 points)
0 aiment 0 n'aiment pas
Bonjour à vous, j'espère que vous allez bien, la signification de ce mot est tellement galvaudée (même les dictatures se l'approprient!) que je crains qu'il ne faille en trouver un nouveau pour qualifier un système où les vivants sont au centre de toutes les préoccupations, appel à contribution de nouveaux qualificatif(s) ouvert!
Merci de votre attention, bon courage et portez-vous bien!
répondu 9-Mai-2016 par Sh (8,350 points)
0 aiment 1 n'aime pas
Salut.Bel idéal (vu le site), mais n'oublions pas cette maxime indiscutable "l'homme est un loup pour l'homme". En fait, d'immenses ramas d'hommes (pas besoin de tous les citer, vous les connaissez) sont des "tyrans" pour les autres (ou profiteurs, ou pervers, manipulateurs). Tant que les faibles se laisseront embobiner par les promesses (qui n'engagent que ceux qui y croient) et les serments vite oubliés, pas de démocratie. L'individualisme exacerbé est une plus grande raison de ne pas croire à l'utopie.
répondu 8-Mai-2016 par olivier Nièrark (1,660 points)
Re-re-salut. (ceci est mon opinion) Encore une analyse qui me plait. Nous convergeons. Je n'ai rien y à ajouter, si ce n'est que ce mot : "Espoir" ! PS pensons que nous savons parfaitement à qui profite le crime ! Très cordialement et solidairement.
En fait, "à qui profite le crime", pourrait bien ne pas avoir la réponse simple qui vient immédiatement à l'esprit : à certains, qui s'enrichissent.

Il existe une autre possibilité, celle consistant à ne pas seulement considérer les individus, isolés, auto-déterminé, propriétaires, etc, mais à considérer des entités plus vastes, des "organismes". On peut alors observer que dans ces organismes, les individus sont interchangeables, qu'enlever un individu particulier est sans effet car un autre individus prend aussitôt sa place. C'est alors l'organisme tout entier qu'il faut combattre.

C'était un peu l'esprit de la formule de F. Hollande quand il parlait de combattre "la finance", il voulait dire "le monde des financiers". Ce monde n'est pas peuplé d'individus, il est peuplé d'entreprises privées, souvent des banques. Or ces entreprises, entièrement motivées par le profit, dénuées de sentiments, ont toutes les caractéristique de comportement qu'on associe à l'échelle individuelle à ce qu'il est de coutume d'appeler "des psychopathes". Etre dirigée par des "organismes" se comportant comme des "psycophates", évidément, ça ne peut rien donner de bon pour les individus lambda qui ne font pas partie des organismes en question au plus haut niveau... ainsi qu'on le constate en permanence.
Re-re-re-re-re salut jhr. (ceci est mon opinion) Je suis complètement d'accord avec vous. Je concède qu'il est très difficile de résister à certaines pressions, surtout quand on se croit isolé. C'est pour cela que ce mouvement doit perdurer : soutenir activement et moralement (selon ses possibilités) les déclencheurs d'alerte, les insoumis, les faibles, les handicapés de la vie, les solitaires, les paumés, et même les quelques flics dépassés et dégoûtés par ce qui se passe. J'espère que seront plus nombreux ceux qui veulent construire avec nous une véritable société. Solidairement.
681 questions
1,931 réponses
3,087 commentaires
1,452 utilisateurs