2 aiment 0 n'aiment pas
161 vues

Et corrélativement : Quelles doivent être les caractéristiques d’un tel dialogue ? Quelles sont les fonctionnalités qui en découlent ?

La formulation de cette question part du principe que la démocratie c’est le dialogue et que la qualité de l’une et de l’autre sont intimement liées. Cette question a été étudiée par Benjamin Barber qui estiment que les fonctions d’un dialogue démocratique fort se répartissent en 9 catégories :

- Les deux premières 1- Formulation des intérêts, marchandage et échange 2- Persuasion sont assurées par démocratie représentative dans sa version libérale.
- la troisième 3- Etablissement de l’agenda politique est généralement masquée par les gouvernants qui savent que celui qui maitrise l’ordre du jour maitrise aussi largement la décision.
- les quatre suivantes 4- Recherche d’une mutualité  5- Reconnaissance et affection  6- Maintien de l’autonomie  7- Ecoute et expression réhabilitent les fonctions psychologiques et sociales du dialogue.
- la huitième 8- Reformulation et reconceptualisation  introduit la notion de co-construction
- la neuvième enfin 9- Construction d’une communauté par la création d’intérêts publics, d’un bien public, et l’institution d’une citoyenneté active  résume toutes les autres dans un objectif commun.

Manque à cette liste la prise de décision qui, pour Barber, ne relèvent peut-être pas du dialogue …

Le ou les outils de e-democratie (car je pense personnellement qu’un seul n’y suffira pas) doivent être capable de répondre à ces neuf catégories de fonctions ou pour le moins de proposer d’autres dispositifs pour les fonctions non couvertes.

demandé 23-Jun-2016 dans E-democratie pour ND par Olivier B. (230 points) | 161 vues

1 Réponse

1 j'aime 1 n'aime pas

Bonjour Olivier,

Je profite de cette excellente question pour présenter Politizr, une plateforme de débat sur laquelle je travaille depuis 2 ans, et qui a pour vocation d'améliorer le dialogue entre les citoyen-ne-s et les élu-e-s, en particulier au niveau "local". Nous avons pris un parti pris fort d'entrée de jeu en distinguant les profils citoyens et les profils élus. Notre ambition n'est pas révolutionnaire mais plutôt une optique "d'amélioration de l'existant".

Je vais reprendre les points en essayant de croiser la façon dont Politizr tente de les solutionner.

- Les deux premières 1- Formulation des intérêts, marchandage et échange 2- Persuasion sont assurées par démocratie représentative dans sa version libérale.

Sur Politizr, la formulation des intérêts peut être définie par les citoyens qui ont la liberté de rédiger les sujets qu'ils veulent sur les thématiques et l'échelle territoriale de leurs choix. La persuasion découle de leurs capacités à rédiger un sujet qui intéressera du monde et éventuellement de leurs capacités à le "populariser".

- la troisième 3- Etablissement de l’agenda politique est généralement masquée par les gouvernants qui savent que celui qui maitrise l’ordre du jour maitrise aussi largement la décision.

Sur Politizr, la notion du temps associé à un sujet donné est différente, car les débats restent ouverts. Un "ancien" sujet peut redevenir d'actualité si la situation sur le terrain évolue et obliger ainsi les décideurs à le réinscrire sur un ordre du jour sous la pression de citoyens et/ou d'élus d'opposition par exemple.

- les quatre suivantes 4- Recherche d’une mutualité  5- Reconnaissance et affection  6- Maintien de l’autonomie  7- Ecoute et expression réhabilitent les fonctions psychologiques et sociales du dialogue.

Politizr décloisonne les problématiques et les recoupent par "tag thématiques" et "tag géographiques", pour permettre de trouver des synergies et une mutualisation des expériences. La reconnaissance, le maintien de l'autonomie, l'écoute et l'expression sont assurés par la transparence du dialogue. En particulier, les réponses des élus sont publiques, et tout le monde peut les commenter et les noter.

- la huitième 8- Reformulation et reconceptualisation  introduit la notion de co-construction

La notion de co-construction est au coeur du concept de Politizr: les élus peuvent échanger sur leurs expériences et confronter leurs points de vue pour éclairer le débat et améliorer les expériences de gouvernance au delà des frontières territoriales de leurs mandats.

- la neuvième enfin 9- Construction d’une communauté par la création d’intérêts publics, d’un bien public, et l’institution d’une citoyenneté active  résume toutes les autres dans un objectif commun.

En reprenant les codes des réseaux sociaux (suivi des profils, suivi de thématiques, suivi de sujets), Politizr permet la création de communauté ayant des intérêts communs et transverses.

Je vous invite à découvrir Politizr, et n'hésitez pas à faire vos retours, qu'ils soient positifs ou critiques, je serai à l'écoute!

Lionel

répondu 24-Jun-2016 par lionelbzv (150 points)
Lionel, merci de ta réponse. Je fais partie de l'équipe de Democracy OS et comme on fait pas mal de veille depuis 18 mois, on connait Politizr et on apprécie certaines de ses fonctionnalités. Je pense que l'intérêt de ces deux journées est de croiser les approches des différents outils et de faire une sorte de benchmark sur des critères qui relèveraient plus de la philosophie politique que de la mécanique de la consultation.
Au plaisir de poursuivre la discussion, soit sur les diverses questions qui ne vont pas manquer d'apparaitre, soit en live ce week-end.
681 questions
1,929 réponses
3,084 commentaires
1,450 utilisateurs